barre horizontale




23 juillet 2013

Les reines de Kungahälla : des contes nordiques pour s'évader et rêver



Prenez la célèbre Selma Lagerlöf (1858-1940), qui a écrit «Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède», ouvrage équivalent dans ce pays à la renommée des romans de la comtesse de Ségur en France, et surtout, best-seller mondial de la littérature enfantine (et plus).

Prenez une couverture entre l'arty et le mainstream, un peu Twilight, girly mais également légèrement inquiétante / un peu Ellen von Unwerth aussi.

Rééditez un recueil devenu indisponible, et tentez le lecteur... Enfin, s'il ose s'aventurer sur ces terres légendaires méconnues du public français...

Entre les pages cartonnées qui relient les contes des «Les reines de Kungahälla», des récits enchanteurs initialement parus en 1899.
 

 
Son auteure, la première femme à avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1909, la première femme à siéger à l'Académie suédoise, nous emmène à la frontière de la Norvège et de la Suède - pour simplifier, on dira aux alentours de l'an mille. De durs conflits opposent les deux pays, et entre accords et guerres, histoires humaines et surnaturelles se mêlent.
C'est une époque de lente christianisation, les croyances païennes sont fortes et persistent dans la population qui semble y trouver un refuge. Passage du paganisme au culte de Dieu qui donne parfois à ces histoires une connotation particulièrement morale, très chrétienne. Ce que l'Universalis résume ainsi : «Les reines de Kungahälla» est un livre «qui prêche la bonté et l'abnégation à partir de vénérables motifs historiques.»
On touche parfois malgré les créatures imaginaires à la parabole biblique, avec le récit du mensonge d'Astrid ou celui du dévouement de Margareta Fredkulla, la vierge de paix...

Malgré cela, toutes les reines de Kungahälla dont il est question sont des femmes extraordinaires par bien des aspects et chevaucher par la plaine avec elles est un plaisir !

Au cœur d’une géographie fantastique, venez donc vous promener et vous égarer main dans la main avec Selma Lagerlöf.

2 commentaires :

  1. Plusieurs jours après la bataille, je viens manifester mon intérêt pour ce recueil! Ah l'attrait irrationnel pour les légendes nordiques...

    RépondreSupprimer
  2. J'aime particulièrement les contes nordiques, sans trop savoir pourquoi d'ailleurs ! Il y règne une ambiance particulière, indescriptible tant elle m'attire et tend à me faire rêver :)...

    RépondreSupprimer